Toulouse culturelle

0

Nicolas Thomas, autrefois violoncelliste régulier pour l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, est désormais chef étoilé à Verfeuil. De son vécu en tant que musicien professionnel il garde une vision culturelle de la ville rose assez exigeante, complétée désormais de Toulouse versus gastronomie.

Vous n’êtes pas né à Toulouse. Comment avez-vous découvert la ville ?

J’y suis arrivé à l’âge de 12 ans pour entrer au conservatoire national, désormais nommé CRR (Conservatoire à Rayonnement Régional). Il s’agit du premier étage d’une fusée culturelle dont la qualité est omniprésente. L’Orchestre National du Capitole propose une saison symphonique et de l’opéra. Il se décline en Orchestre de Chambre avec sa propre programmation. S’y ajoute le festival des Grands Interprètes. Au total la saison compte plus de 60 dates.

Que pouvez-vous dire de Toulouse en tant que ville culturelle ?

La vie musicale est très riche à Toulouse. C’est une des villes les mieux dotées de province. Avec mon épouse, Laurence, (elle aussi ancienne interprète de l’Orchestre National du Capitole : NDLR), nous aimons aussi nous rendre à l’auditorium Saint-Pierre-des-Cuisines pour leur jolie saison de musique de chambre.

Aujourd’hui nous avons moins de temps, mais il faut aller voir les expos temporaires du Musée des Augustins ou encore le festival « Rio Loco » sur les berges de la Garonne, juste en face de l’hôtel Le PIER.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *